BULAN BULAN BULAN BULAN BULAN BULAN BULAN BULAN BULAN BULAN

LAN BULAN BULAN BULAN BULAN BULAN BULAN BULAN BULAN BULAN B

JAROSLAV MODINE / MOSCOU / JEAN-CLAUDE CANFIN / TARRYTOWN, NEW YORK / PATRICIA ET PHILIP KEARN / ORLANDO, DAYTONA BEACH, SANTA-FE / ROSEMARY ET HERBERT HINE / MANCHESTER / DOMINIQUE ET BRIEUC DE LA FOURNIERE / BEAUNE présentent

 

 

                                                    BULAN

 


"DIMANCHE"

acrylic on canvas

S Bulan ©ADAGP Paris 2017

 

Le plat de ma main la parcourt en tous sens, tire d' elle une gamme infinie de sursauts, palpitations et tressaillements...Elle est blanche, blanche et vibrante... sous le souffle fiévreux et le regard allumé que je lui balance.
Je la domine, je la surplombe...Presque couché sur elle, je fais gicler sur le grain impeccablement régulier de sa peau, un océan de rouge à ratatiner les rétines les plus saturées d' obscénités tauromachiques...Et le jaune colonial, et l' outremer des horizons dépassés, et la rage qu'il faut impérativement mêler au savoir-faire pour tirer de cette débauche de matière aveuglante autre chose qu' une confusion brunâtre.
C'est si beau une toile neuve ! Ensuite, bien sûr, ça se gâte souvent.
Porté par Saint-Saëns, Richard Strauss et la voix rauque D' Anna Gabriel, mes couteaux s' envolent, massacrent, tranchent, étalent, pourfendent les masses de couleurs pour en tirer l' image fulgurante d' une supernova déchirant de ses feux le Grand Nuage de Magellan...
Il va y falloir beaucoup de musique, puis encore plus de silence, d'élan, d'emportement, de légèreté...
Sur cette image stellaire, galactique, abstraite autant que figurative, il ne me restera qu' à plaquer les fragments rutilants et disloqués de mes géométries d'antan, les vestiges de certitudes persistantes, les remparts ultimes d'une barbarie à peine dominée par le goût des rectitudes implacables...
Alors, comme chaque jour depuis quelques mois, j' aurais fait un pas de plus dans l' ère de la Louve...

S Bulan ©ADAGP Paris 2017