BULAN BULAN BULAN BULAN BULAN BULAN BULAN BULAN BULAN BULAN

LAN BULAN BULAN BULAN BULAN BULAN BULAN BULAN BULAN BULAN B

JAROSLAV MODINE / MOSCOU / JEAN-CLAUDE CANFIN / TARRYTOWN, NEW YORK / PATRICIA ET PHILIP KEARN / ORLANDO, DAYTONA BEACH, SANTA-FE / ROSEMARY ET HERBERT HINE / MANCHESTER / DOMINIQUE ET BRIEUC DE LA FOURNIERE / BEAUNE présentent

 

 

                                                    BULAN

 


"MOI Y EN A GENTIL COLORISTE"

116 x 81

acrylic on canvas

S Bulan ©ADAGP Paris 2018

Stéphane Bulan est né à La Rochelle en 1954.

 

   À dix-huit ans, il entre chez Danièle Drouant, l'une des grandes galeries du Faubourg Saint-Honoré, à la faveur d'un  prix de la jeune peinture.

Il y rencontre Louis Toffoli, peintre vedette de l' époque.

Le maitre conforte son cadet dans le goût qu'ils partagent pour la géométrisation des sujets et la vivacité des tons.

Lorsque disparaît la Galerie Drouant, Bulan se retrouve bien vite à  quelques mètres de là, aux cimaises de la Galerie Guigné.

Plus tard, au coeur des années 90, il sera l'un des peintres leaders chez Art-Club, rue de Rivoli.

   Mais c'est à un tout autre marchand que Bulan doit sa renommée : Marcel Spilliaert, qui possédait alors une douzaine de galeries dont le Centre Européen d'Art et une revue de très large diffusion, " Valeurs de l'Art ".

En dehors même de ses galeries, Spilliaert salariait littéralement une brigade de commissaires-priseurs chargés de frapper du maillet dans les spectaculaires ventes publiques qu'il animait souvent lui-même.

Cette collaboration fut le tremplin naturel pour accéder aux galeries étrangères.

    

    Depuis peu, Bulan à découvert le chemin qui conduit de la figuration très épurée de ses débuts à l' abstraction joyeuse qui est son langage actuel.